26/05/2017

Enfants manipulés en démocratie

Les enfants embrigadés par les adultes en politique

 

 

Conseils Communaux des Enfants

 

(Article publié dans un journal en automne 2007 (Vers l’Avenir) mais tronqué (passages en gras) et vidé de son sens initial, comme au bon vieux temps de la presse quand elle détenait le monopole de l’information.) 

 

Les communistes avaient leur Komsomol, les nazis leur Hitlerjugend et désormais, nos (pseudo-)démocraties les Conseils Communaux des Enfants.

A l’instar du communisme et du nazisme, sous des dehors bienveillants, cette initiative d’intéresser les jeunes à la politique laisse évidemment de côté tous les travers du fonctionnement réel des pouvoirs communal, provincial et régional.

 Fils d’ancien bourgmestre et conseiller provincial, j’ai vécu avec ma famille dans les coulisses d’une vie politique dégoûtante à maintes reprises.A cette époque, quasiment aucun conseiller ne s’était engagé sans arrière-pensée (promotion éventuelle pour un membre de la famille, informations précieuses concernant l’achat de terrains, …). Soit. Mais certains d’entre eux avaient été enrôlés de force pour figurer sur les listes électorales : ce type de harcèlement est toujours tabou. Sans parler des luttes intestines, au point qu’un coreligionnaire sabota une conférence organisée par mon père en coupant tout simplement le chauffage d’une salle comble, et ce en plein hiver ! Afin de constituer une liste provinciale, les membres du parti élirent un jour  démocratiquement leur candidat. Ceci n’eut pas l’heur de plaire au président national qui parachuta son propre poulain !

Il faut enfin parler de la vie d’un bourgmestre soumis presque quotidiennement à des lobbys (Compagnie des Eaux, …) qui tentent de vous corrompre à tout prix.

Soyons rassurés, on cachera tout cela aux enfants comme à l’époque communiste, comme au temps d’Adolf.

 J. Viroux

 

  

2 Enfants manipulés à l’école > adultes manipulés

Quid de la responsabilité ?

Ce soir, j'ai vu à la TV, sur ARTE, le film : « La jeunesse sous Hitler ». Ce n'était pas de la fiction, mais la plus effrayante vérité.

Quand Baldur von Schirach faisait appel aux enfants de 10 ans, les embrigadant au service du socialisme national de Hitler, comme Lénine et Staline ont embri­gadé les jeunes de leur pays au service du socialisme international qu'ils prô­naient, on se « pose » des questions : il y a donc un mode d'emploi pour transformer des enfants en robots, en esclaves du régime, en tuant toute velléité d'indépendance de l'esprit. Cette velléité peut naître chez des adultes et, dans certains cas, chez des jeunes qui ne sont plus des enfants et chez qui la personnalité s'est éveillée, quoique l'instinct grégaire reste fort à leur âge. Qui n'a pas, étant étudiant, vécu cela lors d'une manifestation : si la tête du cortège tourne à gauche, tout le monde suit ; si c'est à droite, on part à droite : cela évite de réfléchir et de prendre des responsabilités. 

Des enfants se laissent flatter ; ils n'osent montrer leurs pensées non conformes, s'ils en ont : ils sont dépendants.

Or, nous venons d'assister dans notre pays au spectacle d'enfants récitant devant la TV une leçon bien apprise impliquant un pays étranger, évoquant des choses auxquelles ils ne comprennent rien.

Quel est l'enfant qui oserait refuser de se conformer à l'invitation ( je n'ose pas dire l'ordre ) d'un enseignant qui lui donne l'occasion de paraître sur l'écran ? Quels sont les parents qui, s'ils ne sont pas d'accord, oseront protester ? Si j'avais été allemand entre les deux guerres ou russe et avais eu des enfants en âge d'être manipulés, j'aurais dû fuir pour n'avoir pas de gros ennuis. Si j'avais maintenant encore des enfants innocents en âge d'être manipulés et qu'on veuille le faire, je sais que je réagirais violemment. Ceux qui organi­sent ces manifestations sont certainement opposés à ce qu'il y ait des enfants-soldats, mais pas aux enfants-perroquets. Se rendent-ils compte, que des enfants-perroquets offriront moins de résistance à devenir des fanatiques ? Ont-ils le sens des responsabilités ? Je suppose que le Gouvernement de mon pays l'a et qu'après avoir conseillé aux Belges de ne pas aller en vacances en Autriche, suscitant ainsi chez des importateurs autrichiens des mesures de rétorsion qui pénalisent, par exemple, un pépiniériste qui ne pourra écouler, comme les autres années, ses plantes en Autriche, l'importateur choisissant des fournisseurs hollandais ou allemands, dont les gouvernements n'ont pas réagi sans réfléchir, notre Gouvernement, dis-je, aura le geste responsable de dédommager l'entreprise lésée. Notez que, bien que j'aime la discipline librement consentie, si l'on me donnait le conseil ou l'ordre de ne pas passer mes vacances quelque part, il est probable que j'opterais pour l'attitude opposée.  

 

R. Viroux

23:01 Écrit par Justitia & Veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.